Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 09:49

À peine la dernière page du Dictionnaire amoureux du Québec tournée, je me retrouve avec mon cher Dany qui revisite les codes de notre société qu'il a dû apprivoiser à son arrivée, il y a 40 ans, en tentant de les expliquer à Mongo qui débarque  à Montréal. 

 

 

Ce qui donne une autre version du même inventaire où il y a tellement de recoupements que n'importe quel sceptique sera confondu par cette pleine réalité de la société québécoise et de son Histoire. 

 

La version de la native, celle de l'émigré.  La vision du Sud versus le Nord. 

 

📖 Je retrouve avec délectation la plume de Laferrière qui sait mettre en lumière le moindre détail pour en faire une fresque démontrant que la société québécoise n'en est pas à une contradiction près, mais: que tout s'explique 😎

 

 

Repost 0
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 09:22

La Maison d'édition Plon nous offre une collection propre à abattre les clichés et idées reçues en confiant l'élaboration d'un dictionnaire amoureux à un auteur du cru.

 

La Suisse vient de publier le sien sous la plume de Metin Arditi. Pour ma part, c'est celui du Québec que je viens de lire.

 

Il faut dire que je suis dans une période faste versus le Québec, qu'est-ce que ça fait du bien!

 

Le dictionnaire amoureux, c'est un travail de mémoire qui me rejoint car je suis un pur produit de la Révolution tranquille. Bien que moins âgée que Madame Bombardier, je partage à 95% ses points de vue et opinions.

 

La prise de conscience due à l'expatriation, à l'éloignement, au désir de me fondre dans la société Suisse romande, sans devoir renier mes racines, mon éducation, mes convictions profondes reçoit ici une confirmation sans conteste.

 

 

 

De l'Accent aux Zouaves, à  nos saisons marquées, de la place unique du matriarcat dans notre société qui n'a pas d'égal dans tout l'Occident, tout comme nos grands personnages dont les plus paradoxaux sont Lévesque/Trudeau.

 

De la singularité de notre télévision qui, cernée par les anglos-saxons, n'a pas copié les modèles francophones mais s'est totalement inventée.

 

Du refus d'assimilation avec les Américains: parce qu'on est déjà habités par les cultures françaises, britanniques et amérindiennes.

 

Bref: une plongée ( immersion ) appaisante dans qui je suis au sein de ce peuple paradoxal que sont les québécois.

 

 

Denise Bombardier voit son dictionnaire comme une prise de conscience. «C’est un tĂ©moignage sur ce qui fait nos forces et sur pourquoi on est diffĂ©rent des autres. Je parle de nos valeurs, de notre territoire et surtout de nos mythes, car sans mythe on n’a pas de pays», a-t-elle conclu.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/10/30/dictionnaire-amoureux-quebec-denise-bombardier_n_6075458.html

Repost 0
16 mai 2017 2 16 /05 /mai /2017 08:57

Comme c'est la tradition maintenant, on a eu la primeur sur la Télévision Suisse Romande du film Mommy de Xavier Dolan.

 

 

Quelques jours plus tard, il est passé sur ARTE, suivi de l'excellent documentaire de Tessa Louise-Salomé, expliquant la genèse du film. Documentaire à voir absolument pour bien comprendre l'univers de Xavier.

Avec Mommy, Xavier Dolan, qui a fait de la figure maternelle "le vĂ©hicule Ă  travers lequel [il] exprime le mieux [ses] griefs envers la sociĂ©tĂ©", ausculte le QuĂ©bec d’aujourd’hui sans misĂ©rabilisme. DĂ©chirant mais nĂ©anmoins pĂ©tri d’espoir, le film fait salles combles et propulse le jeune cinĂ©aste au rang d’icĂŽne de sa gĂ©nĂ©ration.

Il Ă©tait une fois Mommy, documentaire d'ARTE

 

 

 

Le film maintenant, attendu comme toutes les productions de Xavier. Encore une fois c'est merveilleux pour moi de me plonger dans son univers qui décrit tellement bien *notre société.

 

 

J'y retrouve tous mes repères, comme toujours.

 

La fausse pudeur, le vernis n'existe pas pour ses personnages. Ils sont bruts, parfois brutaux dans le langage mais c'est comme ça chez nous! Cette violence est nécessaire pour se dire les vraies choses, l'hypocrisie crasse n'a pas sa place.

 

Déjà, dans la première scène, après l'accident: les tabarkaks qu'on peut lire sur les lèvres de Diane sont comme une caresse pour moi. Nul besoin de sacres tonitruants; par contre ils sont bien présents!

 

Sinon on a les variantes: esprit, calique, etc.

 

Il y a aussi les expressions que je ne peut pas employer ici. Exemple: S'habiller comme la chienne à Jacques! En 19 ans: je l'ai sortie pour la première fois il y a quelques semaines.

 

Sinon, je ne vous raconte pas l'histoire: il faut voir le film!

 

* Le Québec.

Repost 0
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 09:41

Il est rare que je regarde deux fois la même série, il faut qu'elle soit vraiment exceptionnelle, comme c'est le cas pour True Detective, première saison.

 

Je ne me souviens pas si je l'avais vue en VO sous-titrée, mais je n'ai oublié aucuns détails, j'ai  ressenti les mêmes sensations tout du long du deuxième visionnement, malgré quelques anticipations qui en fait étaient jubilatoires, précisément parce que c'était bien de revivre ces moments envoutants!

 

 

C'était la première fois que je voyais Matthew McConaughey et Woody Harrelson, depuis je les retrouvent régulièrement dans d'excellents films.

 

Je ne prévois pas revisionner la deuxième saison que j'ai moins aimée. Reste à découvrir la troisième!

Autre série marquante: Big Little Lies! Tant au niveau de l'intrigue, des actrices, de la bande-son.

 

 

J'adore ces nouveautés qui ne sont pas construites sur les schémas habituels des feuilletons, mais plutôt avec une qualité cinématographique.

Repost 0
12 avril 2017 3 12 /04 /avril /2017 15:59

Biopic, non approuvé par la famille royale, qui fait honneur au grand destin de Grace Kelly. Actrice reconnue à Hollywood, elle délaisse pourtant ce monde de strass et de paillettes pour le grand Amour.

 

On la suivra sur le Rocher de Monaco où les premières années fastes de sa vie d'épouse aimée, de mère comblée, seront menacées par la violence des menaces du Général De Gaulle qui menace d'annexer Monaco à la France..... de force s'il le faut!

 

C'est alors que son statut d'étrangère, d'expatriée lui est constamment reproché par la population, aussi par Rainier qui n'apprécie pas ses prises de positions publiques dans les discussions politiques.

 

C'est pourtant par ce trait de caractère typiquement Nord-Américain qu'elle va oeuvrer à sauver Monaco de la mainmise française.

 

Excellente Nicole Kidman comme toujours!

 

 

 

L'I:E: à son meilleur, le transfert de l'esprit humain directement dans la machine qui devient rapidement omnipotente et autonome.

 

Son pire: l'avidité gourmande sans fin de la dite machine pour augmenter ses capacités et connaissances et ce faisant s'éloigner dangereusement des besoins de l'humanité.

 

 

 

Un film de Denis Villeneuve à vous glacer le sang dans les veines! La tension est déjà grande quand on se rends compte que les petites filles sont allées toutes seules chez l'une d'elle pendant que leurs parents passent une bonne soirée relax entre voisins.

 

Alors quand on ne les retrouvent nulle part c'est la panique qui fini par se transformer en révolte obsessionnelle. Excellent film avec une finale insoutenable!

 

 

Lionel Baier a le don de traiter de sujets dramatiques, non pas avec légèreté, mais tout en finesse il fini par alléger le sujet par des petites touches d'humour, de romantisme et autres petites surprises.

Comme toujours pour moi c'est un plaisir de reconnaître les lieux du tournage.

 

 

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 16:35

 

Un film qui n'a l'air de rien de prime abord,  qui m'attire depuis 2010, année de sa sortie en salle.

 

Tout d'abord parce que c'est un film de mon compatriote Jean -Marc Vallée, qu'aussi j'aime bien le mélange d'acteurs québécois et français.

 

Je me suis donc installée avec un soupir de satisfaction anticipée pour le savourer.

Voilà un film comme je les aime, l'entrée dans le sujet semble laborieux quand au final tout devient limpide.

 

Au tout début, la rencontre avec le groupe de trisomiques qui sont à l'aéroport en balade et qu'Antoine vient de croiser pour prendre son avion donne le ton.

 

On voit furtivement un livre d'Edgar Cayce dans la pile de lecture de chevet de Carole,  dès lors mon esprit était plus qu'en alerte car Cayce fut une révélation pour moi à l'adolescence. Je crois encore fermement sa théorie qui dit que depuis le début des temps le nombre d'âmes est le même et le sera jusqu'à la fin des temps. Elles ne sont juste pas toutes au même endroit.

 

Cette théorie est démontrée avec brio dans ce magnifique film de Villeneuve.

Une mention spéciale aux deux jeunes acteurs trisomiques!

 

 

 

Repost 0
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 16:22

Un film assez dur, quoique c'est plus notre imagination qui fait le travail étant donné que le film est basé sur les récits et non sur les images de torture.

 

Tortures donc, qui ont été commises durant l'Apartheid et qui ont été mis en lumière lors de la Commission Vérité et  Réconciliation en 1996 à 1998.

 

 

 

Ce film est paradoxalement plein de douceur et de violence, d'arrogance et de simplicité, de romantisme et de matérialisme, et j'en passe.

 

Un petit bijou quoi! À voir absolument!

 

 

 

Pour ma part ce film est un chef-d'oeuvre, tant par le sujet qui m'a captivée, les effets spéciaux, sans parler de la performance de Scarlett Johansson!

 

 

 

J'ai enchaîné avec ce film qui m'a gardée dans le même esprit d'enchantement!

 

 

Et pour clore l'année: ce film totalement déjanté!

 

 

Repost 0
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 10:11

Ce film ne date pas d'hier, je n'ai aucuns souvenirs de sa sortie, comme tout ce qu'a tourné Matthew m'intéresse: je l'ai regardé cette semaine.

 

J'avoue que ça commence fort..... on est vite embarqués dans la spirale des événements.

 

Le racisme ordinaire qui y est décrit n'est pas d'une époque si lointaine. J'espère vraiment que ça n'existe plus trop de nos jours. Quoique.......

 

 

Par contre je ne suis pas une fan de Sandra Bullock, j'ai très peu vu de ses films. Celui-ci m'a l'air de sa période faste où elle avait le vent en poupe.

 

C'est rigolo de voir les Sutherland père et fils dans le même film: je les adore tous les deux!

Repost 0
3 décembre 2016 6 03 /12 /décembre /2016 09:54

Tout le monde sait bien que chaque épisode des Simpson est truffé de références. Certaines sont facilement identifiables tandis que d'autres nous échappent car on est pas Américains.

 

Faut dire qu'il y en a de très subtiles! Comme cette portion de la chanson C'était une très bonne année de Robert Charlebois, tirée de son album Doux sauvage, sorti en 2001.

 

Quand je l'ai entendue la première fois dans l'épisode: Ne lui jetez pas la première bière; je l'ai tout de suite reconnue!

 

J'ai quand même pris le temps de vérifier la véracité de ma trouvaille avant d'en parler ici!

 

J'ai été ravie d'en trouver un extrait vidéo!

Repost 0
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 16:11

En me baladant pour regarder des vidéos de Leonard Cohen, je suis tombée sur la version de La Manic de George Dor qu'il a interprétée au Centre Bell.

 

Touchée tout autant que la foule sur place au concert, parce que ce grand classique d'un de nos plus grand chansonnier, c'est aussi l'histoire du père, du frère qui s'est exilé dans le Nord pour travailler au grand chantier du barrage électrique de Manicouagan.

LA MANIC
paroles et musique: Georges Dor

Si tu savais comme on s'ennuie
À la Manic
Tu m'écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan
Parfois je pense à toi si fort
Je recrée ton âme et ton corps
Je te regarde et m'émerveille
Je me prolonge en toi
Comme le fleuve dans la mer
Et la fleur dans l'abeille

Que deviennent quand j'suis pas là,
Mon bel amour,
Ton front doux comme fine soie
Et tes yeux de velours?
Te tournes-tu vers la côte nord
Pour voir un peu, pour voir encore
Ma main qui te fait signe d'attendre?
Soir et matin je tends les bras
Je te rejoins où que tu sois
Et je te garde

Dis-moi c' qui s' passe à Trois-Rivières
Et à Québec
Là où la vie a tant à faire
Et tout c' qu'on fait avec
Dis-moi c' qui s' passe à Montréal,
Dans les rues sales et transversales
Où tu es toujours la plus belle,
Car la laideur ne t'atteint pas,
Toi que j'aimerai jusqu'au trépas,
Mon éternelle

Nous autres on fait les fanfarons
À coeur de jour
Mais on est tous de bons larrons
Cloués à leurs amours.
Y en a qui jouent de la guitare,
D'autres qui jouent d' l'accordéon
Pour passer l' temps quand y est trop long
Mais moi, je joue de mes amours
Et je danse en disant ton nom,
Tellement je t'aime

Si tu savais comme on s'ennuie
À la Manic
Tu m'écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan
Si t'as pas grand'chose à me dire,
Écris cent fois les mots «Je t'aime»:
Ça fera le plus beau des poèmes.
Je le lirai cent fois...
Cent fois cent fois c'est pas beaucoup
Pour ceux qui s'aiment

Si tu savais comme on s'ennuie
À la Manic
Tu m'écrirais bien plus souvent
À la Manicouagan.

(figure sur l'album Georges Dor, collection Québec-Love - Gamma GCD-502)


 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de beolouk
  • Le blog de beolouk
  • : De tout, de rien dans la vie d'une Québécoise vivant en Suisse
  • Contact

Bienvenue

iiiiii.gif

Merci de passer me voir!

Recherche

Coups de coeur:

 

tintin2-033.jpg

 

17 av 12 016

Ma liseuse:

 

 

archos.jpg

Cliquez sur l'image pour voir les détails.